Le Coffres aux Histoires

03 juillet 2011

la maison assassinée

abcLa maison assassinée

Pierre Magnan

 

La maison assassinée est un livre que j’ai rencontré a plusieurs reprises dans ma vie  de lectrice. Lorsque j’étais adolescente et que quelques mois après avoir vu le film a la télé j’étais tombé dans la superette du coin sur ce livre en promo, j’en gardais un souvenir plaisant. Et il y a un ou deux ans, je suis devenue accroc de l’œuvre policière de l’auteur.  L’auteur c’est Pierre Magnan, il a toujours aimé les mots et écrire, mais la vie la conduit a autre chose. Il a du travaillé a douze ans ce qui ne l’a pas empêché de rencontrer Giono. Puis dans les années 70 la  crise arrive, il est licencié alors qu’il a 50 ans ; et il revient ses premières amours se met à écrire. Et qu’il écrit bien !!!! Son œuvre est impressionnante, il est très prolifique ! Son œuvre c’est plusieurs dizaines de livres de romans. Une partie d’entre eux a pour personnage principal l’inspecteur Laviolette dont je suis quasi tombée amoureuse et dont je parlerai une autre fois. Alors que je lisais avec avidité tout ces romans j’ai retrouvé  ce roman.

L’auteur nous raconte l’histoire de Séraphin Monge, jeune homme qui rentre de la première guerre mondiale indemne, la mort n’a pas voulu de lui, et se rend chez un notaire qui lui donne les clefs de La Bruliere qui était l’auberge proche du village que tenaient ses parents. Séraphin est un homme grand, fort, taciturne mais malgré cette apathie, il perçoit  que le village semble le craindre. Seule la très jolie  Marie, fille unique du boulanger l’interpelle et lui parle. Arrivée devant cette grande bâtisse recouverte de poussière, il rencontre un homme qui vit hors de la ville et qui connait son histoire. Alors qu’il était âgé de quelques jours, par une nuit pluvieuse, toute sa famille a été massacrée, ses grands parents, ses parents, ses frères soit six personnes. Il est le seul à avoir été épargné sa mère a été retrouvé  la main dans son berceau le protégeant  par delà la mort. Il n’y eu aucun témoins et les personnes qui furent juger condamner et pendus ne sont pas coupables, et ceci est de notoriété publique.  Face  à une telle nouvelle Séraphin décide de détruire cette grande maison seul. Très vite cette décision attire les curieux. Les gens font des détours pour venir voire le fou a l’œuvre. Marie monte régulièrement le voire lui amener des pâtisseries, lui montrer toute l’attention qu’elle lui porte… un jour alors que Séraphin se bat contre sa maison une voiture s’arrête et en sort Patrice.  Fils du notable du coin qui est revenu de la guerre comme une gueule cassée touché par l’histoire de cet autre ancien combattant il est venu à sa rencontre Et leurs meurtrissures se font écho. Il revient le voire et lui présente sa sœur  Charmaine qui elle aussi tombe sous son charme. Et commence un jeu ou Séraphin reste  insensible ou du moins ne montre rien d’autre que de l’amitié, Charmaine et Marie papillonnent autour Séraphin, et Patrice est fasciné par Marie qui ne baissent pas les yeux, et se conduit avec lui  tout a fait normalement.  C’est alors que Séraphin en détruisant la cheminée découvre une boite en fer ou sont gardées trois reconnaissances de dettes qui arrivaient à échéance le soir de la mort de sa famille et des centaines de pièces en or.  Les reconnaissances sont signés  entre autre par les pères ses amis. Il décide de vérifier et de se venger. Mais au moment où il décide de faire couler le sang… on tue pour lui. Ce qui soulève d’autres questions…

Je pourrais continuer a vous parler de cette hitoire, mais parfois il faut cesser !!!! Ce livre est dense alors qu’il a peu de page, il nous amène et soulève des questions sur la famille, les amis, l’apparence, les blessures… avant tout sur ce qui fait de nous ce que l’on est. Le tout enveloppé dans un polar plus qu’efficace !!! IL est abandonnant notre héro encore jeune est pourtant tellement meurtri, quelques décennies après l’auteur a écrit une suite indépendante tout de même sur l’histoire de cet homme qui croyait porter malheur et dont la mort ne voulais pas. Il s’appelle le Mystère de Séraphin Monge

Si vous devez lire un livre de Pierre Magnan lisez celui-ci, si vous avez le temps lisez les tous !

 

Posté par Mlle Clef à 13:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :


28 juin 2011

le temple de la grue écarlate

defLe temple de la grue écarlate

Tran-Nhut

 

Ce roman est le premier d’une série inachevée au moment ou je vous parle. Il a été écrit à quatre mains par deux sœurs élevées au Viêt-Nam, aux Etats Unis, et en France. Une fois adulte elles ce sont retrouvées pour nous tisser ce petit joyau. Pendant quelque temps elles ont écrit à deux, aujourd’hui une seule d’entre elle continue cette histoire. Leur héro évolue dans le Viêt-Nam du XVII. Il s’inspire de l’un de leurs aïeul. C’est dans un pays est en proie a des remous politiques et religieux, que Tan prend ces fonctions.

Le mandarin Tan est tout fraichement nommé dans sa circonscription qui se situe à la frontière du pays. Ce fils de paysans vient de réussir les concours triennaux et se retrouve confronté à sa nouvelle charge. Il devient l’attraction de la ville. Ainsi  toute personne ayant une fille ainée en âge de se marier et n’étant pas encore fiancée se sent obligé espérant placée leur douce enfant se sentent obliger  de l’inviter à un festin débordant de mets succulents que les auteurs décrivent avec gourmandises. Alors qu’il prend ses repères ; il découvre les notables qui se divisent, en particulier  au sujet du« le temple de la grue écarlate », lieu de prière bouddhiste, tenu par des moines que certains trouve dangereux et qui  veulent le faire détruire. alors que d’autres veulent juste le préserver, ne semblant pas comprendre ce que veulent leurs opposant. C’est à ce moment  qu’un paysan découvre un corps. Le corps d’un petit garçon massacré et meurtri. Ce petit est un « rejet de l’arbre nain » troupe d’enfants déformés et handicapés recueillis par les moines du temple, ils y logent dans une petite cours et descendent en ville pour travailler.  Le lettré Dhin ami du mandarin, l’aide à démêler cette histoire lorsqu’un deuxième enfant est retrouvé massacré et rappelant au maire de la ville une histoire toute aussi violente qui a eu lieu dix ans au par avant. Et plongeant Tan dans les zones sombres de cette ville…

Les auteurs de ce livre ce sont amusées a peindre cette vie avec précision tout y est les couleurs, les étoffes dans lesquelles sont coupées les vêtements,  même le parfum de la nourriture asiatique vous les sentez.  Mais  le point fort de ces livres c’est les personnages principaux, dans les différents livres  nous découvrons  et que nous apprécions de retrouver. Le mandarin tan est un personnage très attachant propulsé par son savoir dans un monde qui n’est pas le sien mais qu’il doit gérer. Une personne supérieurement intelligente, ayant une vrai maitrise des arts martiaux, mais confronté a tant de contradictions que c’est un bonheur de le retrouver.

Découvrez le Mandarin Tan !

 

Posté par Mlle Clef à 12:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

23 juin 2011

le serment des limbes

bcdLe serment des limbes

Jean Christophe Grangé

 

   Nous sommes donc de retour dans l’univers sombre et effrayant de cet auteur. Ce livre a une filiation directe avec celui dont je vous ai parlé précédemment « la ligne noire ». Il a poussé le vice jusqu'à parlé de l’un des détails de ce livre dans son précédent roman. . Ils appartiennent a une « trilogie du mal » ou Jean Christophe Grangé déploie tout son art  pour nous amener aux confins de nos frayeurs et nous faire trembler a leurs lectures.

   Ce livre s’inscrit avant tout dans un univers religieux. Ici le bien le mal, dieux et le diable tiennent une importance capitale. Ils sont l’étayage de ce roman. Mathieu est un flic ascète. Il a un bel  appartement spatialement meublé. Il partage sa vie a lutté  contré le crime, et a prier. Il allait devenir prêtre lorsqu’il rencontra son ami d’enfance tout aussi habité que lui ; qui lui ouvrit une nouvelle perspective. Combattre le mal autrement que par des homélies et des sermons le dimanche a la messe, se relever les manches et changer le monde et le rentre meilleur des aujourd’hui. Etre un pasteur de manière active. A cette période Mathieu fut confronté au pire de la race humaine. Témoins de génocide et de  massacres il fut rapatrié en France perdu. S’il vint a la police ce fut au hasard d’une autre rencontre avec Luc (ce fameux ami) qui devenu flic,  avait décidé de se ranger. Apres avoir taquiné l’enfer il s’était marié et avait eu deux petites filles. Mais malgré tout, chercher encore à approfondir son combat religieux. Même si leurs rapports sont moins forts que ceux de leur enfance ils redeviennent proches et évoluent dans la hiérarchie de la police française chacun de son coté. Alors que Mathieu est commissaire a la P.J.  Il apprend que Luc vient d’être retrouvé dans un court d’eau pas très loin de  chez lui, au moment ou l’écluse se fermée, et qu’il est hospitalisé. C’est dans le coma qu’il retrouve son ami. Au pied de son lit d’hôpital il le redécouvre. D’un coté on lui explique que Luc a tenté de se suicider, chose qu’il refuse de croire de part son engagement religieux ; de l’autre L’épouse de celui-ci, lui apprend comment il était devenu un quasi étranger pour elle et leurs filles, et les heures qu’il passait à s’enfermer dans son bureau.  Mathieu alors qu’il passera la nuit dans ce bureau découvrira la fascination de Luc pour la mort et les crimes odieux.  En particulier par le meurtre d’une petite fille dans le Jura plus d’une dizaine d’années au par avant, puis celui de sa mère retrouvée il y a quelque mois dans la montagne proche de chez elle. Dans un état de décomposition qui semble prouver qu’elle a été torturée. Mathieu décide de remonter la piste il part sur les traces des recherches faites par son ami et sera confronter (sans vous  en dévoiler trop) a des crimes sanglants, des satanistes, a des savants fous, et dans  les expériences de mort imminente.

   Difficile de vous parler de ce livre et de ne pas vous en dire plus.  Difficile de ne pas vous parler plus de Mathieu, de Marion, ou du  serment des limbes en lui-même (pourquoi, comment…). Il va faire chaud cet été alors lisait ce livre qui fait frissonner d’effroi au fil des pages. Il est tellement bien écrit ces petits chapitres rapides et concis lui donne un rythme qui fait oublier son volume.

 Bonne lecture.  

Posté par Mlle Clef à 18:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20 juin 2011

38 minis westerns

      9782917577035

 

 

38 MINIS WESTERNS (AVEC DES FANTOMES)

        Mathias Malzieu   

   Ce petit article sera court. C’est déjà difficile d’écrire quelque chose sur un recueil de nouvelles. Alors un recueil de Mathias malzieu reviendrait  à vous parler de chaque nouvelles l’une après l’autre.  Je vous dirais que ce livre se lit comme on mange une glace. Ce livre est comestible et procure un plaisir sucré et parfois il vous laisse sur un frisson ou un gout amer jamais dépourvu de plaisir cependant. Kinder, fées, skateboard, amour tristes, et déclarations font partis de ce livre.

    Régalez vous…. Lisez le

 

Posté par Mlle Clef à 20:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

la ligne noire

 fgh  La ligne noire

Jean-Christophe Grangé

   

    Une rencontre avec un auteur est toujours singulière, moi le premier livre de Grangé que j’ai lu est celui-ci.  Au fil des années j’avais arrêté de lire des  livres anxiogènes, ils ne me faisaient plus envie. C’est mon chéri au détour d’une conversation qui me l’a conseillé. A l’époque je voyageais beaucoup en train et je me disais et un pavé de 600 pages annoncé comme haletant cela  ne se refusait pas. La ligne noire n’est  pas le premier roman de l’auteur; et c’est un écrivain qui maitrise à la perfection l’exercice qui nous promène dans l’univers de Marc le héros du livre.

   Marc est un journaliste à bout de souffle qui travaille dans un « canard » relatant des faits divers. Mais Marc est avant tout un homme a l’histoire mouvementé. Jusqu’au moment ou est morte une certaine princesse il était paparazzi et formait un duo avec un photographe échappé d’une première ligne de rugby. Car marc  est décrit comme un homme fluet, maigre et sec. Pourquoi le choix singulier de la paparazade ?  car quelques temps avant il était grand reporter et au cours d’un reportage sur la mafia sa fiancée a été assassinée avec une telle brutalité que ca lui provoqua une amnésie un trou noir de plusieurs jours qui s’atténua et se résuma a quelques heures : La journée ou sa compagne fut tué.  Cet homme tres secoué par la vie, est aujourd’hui  fasciné par les tueurs en série, d’où le choix singulier du journal ou il  travail. Un jour alors qu’il est a la recherche DU sujet, arrive la nouvelle de l’arrestation de Jacques Reverdi. Comment vous décrire jacques Reverdi??? Si  ce n’est que c’est une sorte de  Jacques Mayol un prodige de la plongé en apnée. Il a gagné tout ce qu’il y a, a gagné puis a pris sa retraie en  Asie. Il est en Thailande dans un bungalow auprès de l’océan translucide. Là deux pécheurs le retrouve comme en trans devant un corps vidé de son sang, et torturé. Seulement le plongeur refuse de parler. Le mythe se créé. Et Marc veut percer le secret, mais comment le faire parler ? Il ne parle pas aux autorités. Il ne parlent a personne. Refuse les interviews. il lui vient une idée se faire passer pour une séduisante étudiante qui veut juste le comprendre, qui ne chercherai pas un aveu quelconque mais juste le savoir. Apres une longue correspondance il faudra envoyer la photo d’une jeune fille (volée chez son ancien collègue paparazzi reconverti en photographe de mode). Le plongeur initiera par courriers électroniques et divers autres moyens de communications clandestines et énigmes celle qu’il croit être Elisabeth. Alors que Marc fera une plongées dans la ligne noire de Jacques ce qui le changera, mais la quête continuera encore et jusqu’au bout d’eux et des personnages de prêt ou de loin impliqués.

    Pour avoir lu plusieurs livres de Jean-Christophe Grangé, que celui-ci est le plus dense, le plus équilibré. Peut être est ce que c’est par ce que c’est par le premier que je lisais. Il reste pour moi le plus marquant. Si vous devez donner une chance a cet auteur commencé par celui. Dépaysement assuré !!!  cependant vérifier que vos portes et fenêtres soient bien fermées avant.

Posté par Mlle Clef à 20:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


19 juin 2011

la colere des aubergines

6834CA1BINZ9CAUSESYNCA4RR7VYCATDHH75CA12QYC8CARWX740CA49FCR0CAYK2U55CA6M4I0LCAG2VJVECAB0ABB0CAXNSD8ACA3S1WVNCAO77V00CAHLDZ8TCAAK02FVCA0CVI1XCAHZ4FGQCAU1VH21LA COLERE DES AUBERGINES

                                  Bulbul sharma

 

Une fois n’est pas coutume je ferai court. J’ai aimé ce livre dans sa forme, un recueil de nouvelles indiennes. Imprégnée d’une culture qui m’a longtemps fascinée. Ses couleurs, ses odeurs, j’avais l’impression que mon roman avait été parfumé aux épices. Chaque page sentait  une odeur qui m’amenait loin. Mais voila ce livre est très indien, très asiatique, et emprunt d’un fatalisme qui a eu la peau de ma patience. Au milieu du recueil,  alors que quelqu’un refusé une vie plus belle et plus douce, heureuse car ce n’était pas son karma. Là j’en pouvais plus, j’ai jeté l’éponge. Mais ce livres trouve ça place dans mon coffre et dans ce blog alors que j’ai  pris le parti de ne parler que des livres que j’aime car il a un coté livre de recette. Chaque nouvelle et précédée d’une recette typiquement indienne et quelques astuces culinaires peuvent effleurer dans les récits.

Alors si vous aimez la culture indienne, et que le fatalisme ne vous gène pas allez y ne vous privez pas, lisez le.

 

Posté par Mlle Clef à 17:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

la maitresse des épices

La BDFCCAQT0VASCA8R32MJCA9ORB2NCAJOABXPCAN83IVACAFJDRG2CAJBHPGECAWYN7XBCACIGPENCAL639KJCA7MHDQFCA4TL5QUCAW00DACCAILZQUECAJQS9EICA175D0GCAZP5UVFCAVBS6G0CAZ2BU21maitresse des épices

Chitra Banerjee divakaruni

 

 Ce livre m’a enchanté au sens propre du terme. Pour ce blog j’ai été jeté un œil sur la bio de l’auteur, c’est une indienne qui a étudié aux états unis et qui s’est mis a écrire. Et la je me suis dit  que j’aurai pu deviner  car dans ce livre vous retrouverez ces deux pays. Avant tout je vous dirai que contrairement a quelques autres livres indiens que j’ai pu lire vous n’y trouverai pas une dose de fatalisme. C’est juste une histoire pleine de magie.

   Tilo est une maitresse des épices. Elle a appris a utiliser la magie et les caractéristiques de divers éléments sur l’ile mère, une ile secrète proche de l’Inde. Les épices sont la matière qu’elle a préférée travaillée. Une fois prête elle a été envoyée dans une petite épicerie en californie dans un quartier d’immigré fortement indien. C’est dans ce magasin que se passe quasiment tout le livre dans ces quelques mètres carrés aux murs surchargés par les riz, les épices, les aliments typiquement indien. Un décor un peu sombre mais qui sent bon les curry et le massala. Chaque chapitre a pour titre le nom d’une épice (curcuma, cannelle, gingembre…) qui résout le problème de la cliente qui est entrée dans la boutique. Le point de vu est celui de notre héroïne, une vielle dame grisonnante qui avec  sa perception d’apothicaire ou de sorcière appeler la comme vous voulez, jauge le comportement de la personne sa manière de choisir tel ou tel aliment ; et offre une épice ou une autre pour redresser la situation. Ces clients sont des personnages secondaires, ils reviennent et évoluent racontent leurs histoires de manière verbale ou non. Et ils reçoivent une autre épice pour avoir une vie plus belle. Un jour rentre dans cette épicerie  Raven un américain qui trouble notre Tilo. Le problème étant que sous cet aspect tilo est une jeune femme qui se doit de rester pure. Et cela pause la question de ce qu’elle doit faire et de ce qu’elle veut être ? D’aider et de finir d’aider les gens ? et de qui est cet homme ?

  Ce livre est un vrai moment de divertissement. L’écriture est légère et énergique et même si aucun des autres romans de l’auteur ne m’a pas attiré celui-ci est un de ceux que j’ai lu qui m’a laissé un fort souvenir. L’écrivain a su créer une ambiance forte et chaleureuse qui ne vous lache pas et qui revient a chaque fois que vous parlez de ce roman.

Posté par Mlle Clef à 17:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

12 juin 2011

maintenant qu'il fait toujours nuit sur toi

                  mn                                Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur  toi

 Mathias Malzieu

 

     Lire un livre de Mathias malzieu, c’est entrer dans un monde teinte de réalité mais ou se évoluent géant, fées et elfes qui ne sont la que pour rendre une réalité inhumaine supportable.  Dans ce livre notre auteur donne son prénom  au héros, et file les ressemblances comme d’autre les métaphores.

    Mathias a la trentaine quand sa mère meurt. Mathias n’est pas seul il reste son père et sa sœur. Mais pour la première fois il fait l’expérience  de la solitude, et de la  perte.  Il a trente ans quand il se retrouve sur le parking d’un hôpital face a sa douleur.  Qu’il y a-t-il de plus impersonnel et de plus froid qu’un parking d’hôpital ? Il y attend le reste e sa famille et les vêtements qui habilleront une dernière fois sa mère ; quand arrive à la place de leur voiture jack le géant. Un vieux géant qui craque comme du vieux bois. Un géant relativement sage qui connait la vie et ce qu’est la douleur. Ce géant pour l’aider à faire son deuil, a surmonter cette  «  accident de cœur », qui risque de le faire rapetisser  sous le poid de ce qu’il va vivre l’habille d’une ombre cocon. Une ombre qui en fait est une partie de l’ombre du géant qui va l’aider à passer cette étape seul, mais qui peu aussi si elle est mal utilisée le tuer. Avec elle il lui prête trois livres et une petite pendulette avec plein d’inscriptions sur le cadran

     Même si je n’ai jamais croise de géant, je n’ai eu aucun mal a me reconnaitre dans le combat que devient le quotidien lorsque l’on est confronte a la mort de l’un de nos parents. La présence  de se personnage pendant les heures qui suivent le décès, au moment de l’enterrement, et la vision décalée du narrateur n’enlève rien a l’émotion du moment mais la rende belle et supportable. L’auteur est précis et juste et il raconte ca avec une telle poésie qui ouate de neige la douleur qu’il ressent. Ce personnage flirtera avec les limites de ce qu’il est possible de faire avec les anti-douleurs de Jack avant de retomber sur ses pates. Cela rend le lecteur compatissant, mais a aucun moment il ne joue sur le pathos. Ici on rêve pour survivre, on ne pleure que des étoiles, ou des papillons…. C’est au choix de chacun

    Ce livre est le premier livre de Mathias malzieu que j’ai lu, il m’a amené a plus écouter  la musique du groupe Dionysos dont il est le chanteur. Et l’on retrouve plusieurs personnages ou thèmes de ce livre dans  Monsters  in love. On donne une musique un son et presque une odeur a giant jack. Un dernier mot sur la chanson neige  on y retrouve  mélancolie, douce et enivrante de  se livre.

Posté par Mlle Clef à 15:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

2Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer         

 Dany Laferrière

    Vous buguez sur le titre ? ça tombe bien c’est comme ça que j’ai rencontré l’un de mes auteurs préférés voire MON AUTEUR préféré. J’étais dans la plus grande librairie de ma ville. Un endroit ou sur plusieurs centaines de mètres s’empilent et se côtoient des dizaines et centaines de  livres. Alors que je me baladais dans les rayons, désespérant de trouver  quelque chose (trop de choix tue le choix) je suis tombé sur cet opus. Le titre m’a arrêtée net, puis la couverture aux couleurs chatoyantes semblant  inspirée par Basquiat m’a intrigué. Je me suis penchée sur la quatrième de couverture et j’ai découvert l’auteur. J’ai perdu mes scrupules. Et je suis donc passée devant une caissière très bon chic bon genre avec mon grand  sourire niais et mon nouvel ami.

   Je m’arrête un peu sur Dany Laferrière car vous le trouverez souvent à travers mes lignes.  Ses romans sont inspirés de son vécu a la frontière de l’autobiographie je pense que le lecteur qui cherchera a trouvé l’autobiographie de la fiction s’y cassera les dents. Ils  sont toujours écrit à la première personne. Ce  « je » est un haïtien exilé, car être un jeune journaliste sous l’air de baby doc finit par être dangereux. Cet exil le pause a Montréal et c’est la que se situe ce roman. Alors qu’il est un vrai écrivain et qu’il est en recherche sur l’écriture (il a retravaillé et republier certains de ses livres) son style est épuré et il sait créer une proximité avec celui qui se trouve de l’autre coté de ses pages.

    « Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer » raconte l’histoire d’un jeune homme noir. Avant tout plantons le décor un petit appartement ou vive deux garçons. Le narrateur et  bouba  qui a pour spécificité des  théories philosophico-religieuses noyée dans le son jazzy dont il raffole ; et  pour compléter  le tableau vous rajouterai volutes des fumées de cigarettes,  quelques doses d’alcool, et la neige québécoise nouveauté pour le personnage principale. C’est dans ce petit appartement que se passe en grande partie le roman, l’auteur taquinant sa machine à écrire pour payer les factures et s’apprêtant à écrire son roman. Mais c’est surtout la quête des femmes qui est le principal sujet de leurs préoccupations. Ils ne sont pas tant regardant, il n’y a pas de « profile » type, ne cherchait pas de ressemblance nos personnage semblent  faire une étude sociale et en retirait un maximum de plaisirs. On remarquera cependant un léger penchant pour les jouvencelles blanches mais qui toujours  révèlent une personnalité de feu.

     Ce livre est ma première approche de D Lafèrriere, je l’ai offert a plusieurs personnes (dont la plus féministe que je connaisse). Et personne ne m’a dit ne pas l’avoir aimé.  Mais dans ce roman aucune réponse a la question titre n’est apportée… Dans un autre de ces opus une jeune fille, pause la question à l’auteur. Il y répond par se laisser faire…

Posté par Mlle Clef à 15:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

10 juin 2011

Anges & Démons

 

images (1)ANGES & DEMONS

Dan Brown

 

 

 

   Allez savoir pourquoi mais je n’aime les romans de Dan Brown que quand leurs héro est un professeur de Harvard spécialisé en symboles avec une montre mickey mouse au poignet gauche. J’ai essaye d’autres livres de cet auteur mais Nada !!! je n’y arrive pas. Celui-ci est le premier de la série même si chronologiquement il est sorti en France après le fameux Da Vinci Code. Ce livre est mon préféré de Dan Brown. Il est a mon gout le plus aboutit et le fait qu’il est été écrit en premier le libère de bien des pressions, et du carnet des charges d’un best sellers.

 

    Le lecteur se retrouve au milieu du Vatican a la veille de l’élection d’un nouveau pape. A ce moment du récit on été enlevé les quatre préférétis (cardinaux favoris pour être nommé a la papauté). Et une lettre annonçant la destruction du Vatican signée par un ambigrame illuminati (un groupe de scientifiques croyants qui veulent confronter la science a la religion… l’âge de gloire de ce groupuscule fut au XVIe siècle et ont disparus après une grande purge).Parallèlement un groupe de savants créé l’antimatière, qui génère une force énorme pour une très faible quantité, qui est un redoutable explosif, et qui d’un point de vu théologique remet en doute la création de la terre par dieu. Cette substance aussitôt trouvée est volée et se retrouve comme explosif, filmée par une caméra du Vatican. C’est au milieu du palais st pierre, que se retrouve Langdon, Vittoria une des chercheuses ayant mis au point l’antimatière, et quelque gardes suisses, et le camerlingue (régent de la papauté pendant la vacance du pouvoir). Ils partent tous les deux dans une course contre la montre, ils n’ont que 24h pour retrouver l’antimatière. Ils doivent remonter la voie de l’illumination. Nous partons a la recherche des statues et sculptures, des monuments représentant la terre, l’air, l’eau, le feu les obélisques… qui nous permettrons de retrouver la bombe. Pour tous les amoureux des livres il y a des passages dans la bibliothèque vaticane qui nous laisse rêveur, j’avoue aussi quelque passage de marquage au fer rouge moins glamour….

 

   Ce roman est avant tout tres bien écrit mais on y est habitué avec cet auteur, on style est concis ces phrases sont aussi courtes que ses chapitres. Et le sujet de l’action varie a chaque, ce qui laisse toujours le lecteur sur la brèche. Cette façon d’écrire m’avait gênée a la lecture du da Vinci mais pas la. Bien au contraire. La fin est parfaitement ficelée a aucun moment on ne s’attend au twist final.

 

   Je ne peux pas passer sous silence le film éponyme ou tom hanks est convaincant, même si l’intrigue est par des aspects simplifiée, il a le mérite de nous donner un aperçu et de coller une image sur ces splendeurs que moi je ne connaissais pas. Et ces œuvres sont encore plus belles que dans mon imagination.

 

Posté par Mlle Clef à 20:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :